Céramique de Horezu

Fabriquée à Horezu, Roumanie

La céramique de Horezu (Roumanie) est un artisanat traditionnel unique, inscrit depuis 2012 sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité́.

Elle est fabriquée à la main, à base de produits naturels locaux et selon des techniques ancestrales, transmises de génération en génération.

Lors de nos rencontres avec les potiers de Horezu, nous avons compris à quel point leur travail est laborieux : extraction et préparation de la glaise, modelage, séchage, décoration, émaillage, cuissons au four

La fabrication ”de A à Z” d’une pièce peut ainsi durer près de 3 semaines l’été et plus d’un mois l’hiver !

Aujourd’hui encore, les maîtres potiers utilisent une corne de bœuf évidée et la pointe d’une plume d’oie pour décorer leurs œuvres.

Chaque artisan développe son propre style tout en préservant des modèles traditionnels comme le coq, l’arbre de vie, le serpent, la spirale de vie, l’épi de blé́, les décorations florales, la queue de paon, ou encore des motifs géométriques...

Nous aimons le caractère unique et artisanal de ces céramiques ! 

Vous trouverez plus d’informations sur son processus de fabrication sur notre blog : 

http://blog.chineursdumonde.com/trouvailles/ceramique-de-horezu/

Céramique de Corund

Fabriquée à Corund, Roumanie

Le village de Corund se situe en Transylvanie (Roumanie), dans une région peuplée par les Sicules, groupe ethnique parlant un dialecte proche de l’Hongrois.

Corund est depuis longtemps un bastion de l’artisanat (poteries, bois, tissus, amadou…) mais il est particulièrement réputé pour sa céramique traditionnelle.

Celle-ci se distingue par ses couleurs vives et par des motifs typiques, floraux et zoomorphes, inspirés par la nature environnante (la tulipe, le tétras, l’edelweiss…). 

Les étapes de fabrication de la céramique de Corund sont sensiblement les mêmes que pour celle de Horezu : modelage, séchage, décoration, émaillage, cuisson au four

De toutes nos rencontres à Corund, c’est le savoir-faire de Ilyés Vészti Mihaly qui nous a le plus marqué.  La qualité du travail de cette famille est reconnue au niveau national.

Nous avons aimé la diversité, la richesse des motifs décoratifs ainsi que le choix et l'harmonie des couleurs chez les Ilyés, qui ne cessent d’innover, mais toujours sur des bases traditionnelles, sicules ! 

A Corund, le nombre de maîtres artisans qui perpétuent ce savoir-faire est aujourd’hui en baisse ; on n’en compte pas plus d’une vingtaine.

Vous trouverez plus d’informations sur la fabrication de cette céramique sur notre blog : 

http://blog.chineursdumonde.com/trouvailles/la-ceramique-de-corund/

Artisanat en bois

Fabriqué à Babeni, Roumanie

Le village de Babeni est situé dans le département de Valcea, au sud de la Roumanie et il est très réputé pour son artisanat en bois. On y fabrique toute une variété d’ustensiles de cuisine, de vaisselle en bois ou encore des objets de décoration, comme des tables et des tabourets traditionnels à trois pieds.

Les artisans sculpteurs sont appelés localement « rudari », du mot « ruda », qui signifie littéralement « minerai », mais aussi « bâton », « long morceau de bois ».

Ils travaillent des essences de bois variées (saule, peuplier, tilleul), choisies en fonction de leur souplesse.

La fabrication est faite entièrement à la main, de la découpe du tronc aux finitions. Pour cela, l'artisan recours à une panoplie d'outils aussi impressionnants qu'efficaces ("barda", "tesla", "scoaba"...). 

Chaque morceau de bois est transformé afin de ne pas gaspiller cette matière première, de plus en plus chère. 

Vous trouverez plus d’informations sur le processus de fabrication de cet artisanat sur notre blog :

http://blog.chineursdumonde.com/trouvailles/artisanat-en-bois-babeni/

 

Tapis en tissus recyclés

Fabriqués en Roumanie

Ce type de tapis fabriqué à base de tissus recyclés est très répandu dans tous les villages roumains, quelle que soit la région. Difficile de situer avec précision l’apparition de cet artisanat mais dans certaines parties du pays, on le situe vers la fin de la seconde guerre mondiale, pendant la longue période de pauvreté qui a suivi.

Il est apparu comme une version plus modeste des tapis traditionnels en laine, qui habillaient jadis toute maison campagnarde.

Même si son apparition semble être un effet direct de la pauvreté, cet artisanat témoigne de l’ingéniosité et de la créativité du paysan roumain. 

A notre plus grand regret il est actuellement assez difficile de trouver des artisans possédant encore ce savoir-faire, ce qui complique fortement sa transmission. 

Pour les dernières tisserandes d'aujourd’hui, les étapes de fabrication restent les mêmes : elles récupèrent des bouts de tissus, qu’elles coupent, relient et tissent à l’aide de la machine à tisser traditionnelle, appelé « razboi » (« guerre » en traduction littérale).

Ces tapis étaient tissés notamment pendant les longs hivers roumains, lorsque les femmes avaient plus de temps libre.  

Selon la région, on appelle ces tapis « tolici », « toale », « cordele », « presuri »… 

Copyright www.stiri-botosani-ro© stiri.botosani.ro


Scroll